Les 

KAHISARS 

LE COLLEY ET LE SPORT 

Beaucoup de maitres pratiquent en club ou individuellement une activité avec leur chien. Très importante pour le bon équilibre de Lassie, le sport permet également de développer une relation de confiance et un lien très fort dans le binôme maître chien. Il permet également de garder les deux en bonne santé (bonus non négligeable) et peut bien souvent éviter certains problèmes comportementaux liés à l’ennui.
Et même si aujourd’hui beaucoup pensent malheureusement à tort que le Colley est un chien de « salon » qui n’a besoin d’aucun exercice physique, notre Berger n’en demeure pas moins un grand sportif dans l’âme pourvu qu’on le motive un tant soit peu et qu’il y prenne du plaisir… Un point très important à ne pas négliger car s’il est évident que vous devez apprécier l’activité que vous proposez à votre chien, si ce dernier ne l’aime pas, il ne la pratiquera pas avec envie et ne sera en aucun cas motivé pour y participer et ainsi vous faire plaisir (ce qui est d’ailleurs valable pour toutes les races).
Alors comment choisir ? Comme pour un enfant qui découvre les loisirs extra scolaire, vous allez lui proposer différentes activités jusqu’à trouver celle qui vous correspondra le mieux à tous les deux. Beaucoup de clubs canin ou de centre d’éducation proposent de nos jours des ateliers découvertes ou des disciplines faciles d’accès avec quelques séances offertes. Vous pourrez souvent pratiquer ces sports en loisir même si la majorité des clubs proposent également des sections concours.
Mais il est également envisageable, si vous ne tenez pas à vous affilier à une structure, de pratiquer une activité seul et librement.

Le canicross : il s’agit ni plus ni moins d’une course à pied… à deux !
Il faudra juste équiper le chien d’un harnais de traction (pas de collier qui risque de l’étrangler ou d’abimer ses cervicales) et de vous munir d’une ceinture qui amortira les à coups du chien. Pour le parcours… aussi loin que l’état de votre chien le permettra et surtout arrêtez-vous si vous le sentez fatigué ou essoufflé.

Le cani VTT : il se rapproche énormément du canicross, à la différence que vous ne courez plus mais faites du vélo. N'oubliez pas de vous équiper d'une barre de traction !

Le hooper : assez récent dans le monde canin, ce sport assez semblable à l’Agility présente l’avantage d’être une activité complète qui améliore la proprioception et enseigne l’écoute et la connexion à travers le jeu tout en renforçant la complicité avec le maitre. Ce sport stimule mentalement et physiquement le chien tout en étant très doux. L’absence de saut à cette activité la rend excellente pour les chiots, les chiens plus âgés ou en convalescence ainsi que pour les personnes à mobilité réduite ou peu sportive puisque tous les ordres sont donnés à distance.

L’agility : il s’agit d’un parcours d’obstacles (tunnel, haies, bascules…) qui développera la complicité avec votre compagnon ainsi que sa capacité d’analyse. L’agility peut se travailler juste par pur plaisir (loisir) ou en compétition.

L’obéissance ou obédience : c’est une discipline permettant de mettre en avant la complicité du maitre avec son chien. Souvent pratiquée en club, cette activité dépense le chien physiquement et mentalement tout en renforçant l’obéissance.

N’oubliez jamais que même si vous vous retrouvez entouré de Malinois ou de Berger Allemand, cette pratique peut tout à fait convenir à un Colley, tant que vous et votre chien y prenez plaisir ! Rien ne doit se faire dans la contrainte et la soumission… Et si votre Colley est long à comprendre ce que vous lui demandez, c’est sans doute que vous ne décomposez pas suffisamment l’exercice et que votre message n’est pas clair. N’insistez pas, réfléchissez à comment faire autrement et réessayez un petit peu plus tard mais n’oubliez pas de terminer la cession sur un exercice que le chien maitrise pour toujours finir sur quelque chose de positif.

Hermione - Nala Gold du Bois des Amazones, qui pratique régulièrement l'Agility, n'a aucun problème pour les sauts de haie à l'obé !

Mauvais exemple à ne pas suivre pour Iron - Isar river Blue du Val de la Lawe - qui est attaché à une laisse...

Le flyball : sorte de course de relais pour chien, il s’agit pour lui de courir, sauter, attraper et rapporter tout en travaillant sa socialisation et sa relation avec son maître. Si votre chien est fou de sa balle, alors c’est sûr, c’est un sport fait pour lui !

Le pistage, mantrailling ou questage : même si chaque pratique diffère, le principe de retrouver une personne ou un objet en faisant travailler le sens olfactif de votre chien leur est commun.
Souvent pensé à tort comme réservé à certaines races de chiens, le Colley peut tout à fait se distinguer dans ces disciplines. Elles permettent en outre de canaliser les chiens les plus actifs et de renforcer la complicité. Elles apportent également une grande satisfaction personnelle au maître.

L’obérythmée : c’est une activité qui renforce énormément la complicité puisque le chien ne souhaitera rien d’autre que de faire plaisir à son maître. Cette discipline, qui pourra être pratiquée en loisir ou en concours, se base sur une succession de tricks mis en musique et durant laquelle maître et chien dansent.

Carlisle - Prince de Sang Mêlé du Domaine des Emeraudes - pratique depuis l'âge de trois mois le pistage sous toutes ses formes avec brio, pour le plus grand plaisir de son maître

Le treilball : l’objectif principal de ce sport est d’épanouir les chiens de berger qui n’ont pas la possibilité de travailler et convient donc parfaitement à nos Colley !
Le but est très simple : le chien doit emmener de gros ballons de gymnastique dans des buts grâce aux ordres donnés à distance par son maître.

Nancy'S Wily Wonka of Kahisars et Kahina - Jet Set du Clos de Seawind, toutes les deux toujours à fond sur les balles et ballons adorent cette activité.
Iron - Isar River Blue du Val de la Lawe - qui a toujours eu un fort instinct de berger trouve un équilibre en pratiquant ce sport qui lui permet de mettre ses compétences innées à profit.

Le sport et le chiot

Une activité physique est indispensable au bon développement du chiot au même titre qu’une bonne alimentation ou une bonne hygiène.
Pratiquée sans excès, elle permettra au jeune chiot de s’habituer à la pratique d’une activité physique voire sportive et de développer sa socialisation à l’homme et aux congénaires.
Toutefois, il faut savoir adapter la durée d’un exercice, aussi basique soit-il, à l’âge du chiot. L’idéal étant d’augmenter la durée et la difficulté parallèlement à l’âge du chiot. Attention aux activités qui demandent au chiot de sauter ! Pensez à ses articulations encore fragiles et aux risques de dysplasie en lui évitant de telles pratiques.

N.B : il est pour coutume de dire que le chiot peut faire 5mn d’exercice par mois d’âge.
Un chiot de 3 mois pourra donc faire 15 mn de sport tandis qu’un chiot de 7 mois pourra en faire durant 35mn.

Quel que soit le sport que vous envisagez de pratiquer avec votre compagnon à quatre pattes, gardez toujours à l’esprit que cela se doit d’être un plaisir pour lui et ne le sanctionnez jamais si il ne comprend pas du premier coup ce que vous attendez de lui. Employer une méthode coercitive ne ferait que vous éloigner de votre but et le rendre inatteignable !