Les 

KAHISARS 

Adapter notre environnement à notre chien 

Si nous pensons très souvent à ses besoins physiologiques, il nous arrive souvent de ne pas penser aux besoins fondamentaux de notre chien et donc de négliger ses besoins psychologiques.

Dès que nous envisageons d’accueillir un chiot, nous pensons à ce dont il va avoir besoin en terme de laisse, de collier, de gamelles mais peu d’entre nous pensent à aménager son intérieur pour le rendre adapté.

 


A l’arrivée d’un chien dans notre foyer, nous le faisons entrer dans une grande cage que nous, humain, nous appelons « maison » mais qui ne correspond pas à l’habitat naturel de notre compagnon canin. En effet, dans la nature, le chien pourrait trouver tout un tas d’odeurs, un tas de cachettes pour aller dormir, des environnements différents tels que de l’herbage, de l’eau… Il pourrait donc avoir des comportements différents (gratter, enfouir, se baigner…) qui ne lui seront jamais permis dans notre maison ni même dans notre jardin si nous avons la chance d’en posséder un.

Toutefois, grâce à son extraordinaire capacité d’adaptation, bien des chiens ne sauraient plus aujourd’hui vivre sans l’Humain et nous pouvons tout à fait rendre notre compagnon parfaitement heureux dans notre grande cage, pourvu que nous lui adaptions un tant soit peu notre environnement et nos activités.

D’ailleurs, soyons très honnêtes, bien des Colley, même s’ils avaient au paravent l’habitude d’une vie en plaine près de leur troupeau, ne sauraient plus de nos jours vivre ainsi ! Le Colley, comme bon nombre de ses congénères, serait malheureux loin de ses humains et se doit de partager leur quotidien.

Cependant, il ne faut pas oublier son atavisme de chien de berger et nous nous devons de lui proposer des activités nécessaires à un bon épanouissement.

Par ailleurs, il est important de ne pas perdre de vue que bons nombres de problèmes comportementaux proviennent essentiellement d’une mauvaise gestion des besoins patron-moteur de nos amis et que beaucoup d’entre eux pourrait facilement être évités…

    A la maison 

 

A son arrivée chez vous, le chiot se montre d’un naturel curieux et il est bon de le laisser découvrir son environnement à son rythme, en le motivant éventuellement mais sans jamais le forcer. Il est aussi important de rester constant et une pièce interdite un jour le restera toujours.

 

Les jouets 

Plusieurs jouets pourront être disposés dans divers endroits de la maison de façon à enrichir l’environnement sans toutefois en mettre trop à la fois. Comme pour un enfant, il est bon de pouvoir les échanger régulièrement pour créer l’intérêt de la nouveauté. Il est aussi recommandé d’apporter différentes textures (bois, plastique, tissu…) et d’avoir conscience que pour le chien, le meilleur jouet du monde n’est pas forcément celui que son maitre aura acheté en tant que tel mais peut simplement être un morceau de bois ou une vulgaire bouteille en plastique… Et ce, tout au long de sa vie !

 

Divers endroits « à lui » 

Lui proposer différents lieux de couchage peut aussi être intéressant si votre maison le permet. En effet, combien d’entre nous ne se sont jamais plains parce que notre compagnon venait quémander un petit biscuit à l’heure de l’apéritif ?  Mais reconnaissons toutefois combien il peut être frustrant de sentir ces odeurs alléchantes sans avoir droit d’y toucher… Alors pourquoi dans ce cas ne pas l’envoyer dans la pièce voisine où il trouverait de quoi s’occuper (panier avec quelques jouets) et de quoi se reposer ?

 

Les jeux d’enrichissement de milieu 

Autrement appelés jeux de stimulation mentale ou d’intérieur, ces activités, souvent basées sur le développement du sens olfactif du chien, sont riches en stimuli (tapis de fouille, distributeur de friandises, jeu de stratégie ou d’intelligence…). Un Kong fourré peut aussi être caché dans le panier à jouets (retrouvez ici notre article sur les friandises et les Kong).

 

Attention : un chien peut ne pas comprendre ce qui lui est demandé ou ne pas répondre à vos attentes. Tous ces petits exercices se doivent toujours de n’être qu’un jeu et ne doivent jamais engendrer de punition. En cas d’échec, n’hésitez pas à interrompre le jeu et à le reprendre plus tard, vous manquez sûrement de clarté dans votre communication avec votre ami… 

 

    Dans le jardin, quand il y est seul 

 

Pour beaucoup de maîtres un terrain clos représente le Saint Graal pour leur compagnon. Malheureusement, passé les premiers temps où il découvre son nouvel environnement, l’ennui se fait rapidement sentir, amenant certains chiens à des aboiements intempestifs voire des fugues (dont le Colley est loin d’être exempt !!)

 

Par ailleurs, et pour répondre à l’un de ses besoins primitifs, beaucoup de chiens grattent frénétiquement le sol et il n’est rien de plus frustrant que de voir son chien creuser des trous aussi grand que lui dans un jardin que nous essayons de rendre le plus joli possible !

Pour tenter de limiter ces méfaits, certains éducateurs préconisent de grands bacs remplis de sable dans lesquels peuvent être cachés des Kong fourrés ou des friandises ; le chien aura ainsi de quoi creuser en toute « légalité ». Ces mêmes grands bac pourront être remplis pendant les saisons chaudes d’eau qui le rafraichiront. (Retrouvez ici notre article sur la farce pour Kong et les friandises maison)

Vous pouvez également éparpiller des croquettes dans le terrain que votre chien devra retrouver, ce qui aura pour mérite de l’occuper un petit moment.

 

    En extérieur 

 

Si elles sont nécessaires à une bonne sociabilisation du chiot et servent à avoir un chien que nous pourrons emmener partout avec nous à l’âge adulte, nous nous devons de reconnaitre que les balades en ville sont des promenades d’humain qui n’apportent pas grand chose en terme de distraction à nos compagnons. En effet, nous ne les laissons que rarement renifler tout leur soul les « bonnes » odeurs laissées par leurs congénères, leur imposons une laisse indispensable à leur sécurité et les menons là où bon nous semble sans tenir compte de leurs envies.

Heureusement, beaucoup d’entre nous aménagent de véritables sorties en campagne ou en forêt où leur chien peuvent alors profiter pleinement car il est important de lui apporter en extérieur tout ce que nous ne pouvons pas lui amener en intérieur.

Malgré tout, quand cela s’avère difficile, il est toujours possible de proposer des activités de pistage ou de mantrailing qui permettent de respecter les besoins et les attentes de nos amis.

Contrairement à ce que beaucoup peuvent penser, le Colley aime beaucoup ce type de sport canin et c’est une activité qui demande peu de matériel et que nous pratiquons régulièrement à l’élevage.

Le treilball est également une excellente alternative au troupeau mais encore très peu proposée en France.

Malgré toutes ces propositions d’activités, nous ne saurions que trop vous rappeler qu’il est très important de ne pas soliciter en permanence votre chien et de lui apprendre à s’occuper seul, ce qui lui évitera, entre autre, les problèmes d’hyper attachement.

Le chien, animal très routinier par nature, doit apprendre à aller se coucher quand vous le lui demandez, à être ignoré par ses maîtres et doit être solicité quand il s’y attend le moins. Cela lui permettra de savoir garder une forme d’indépendance et de ne pas souffrir d’ennui lors de vos absences.

Carlisle - Prince de Sang Mêlé du Domaine Des Emeraudes  au pistage