Les 

KAHISARS 

Un chien atteint de dysplasie peut présenter des difficultés à se déplacer, des boitements… 

 
 

Le diagnostique de la dysplasie se pose à la suite d’une radiologie souvent faite sous anesthésie générale (ou sédatif) par le vétérinaire puisque les muscles du chien doivent être relâchés. Le chien doit être dans une position spécifique permettant une symétrie la plus parfaite possible de l’animal.  

 
 

Etre dysplasique implique un suivi vétérinaire régulier et les traitements sont adaptés au cas par cas. Un certain nombre d’animaux bénéficie de mesures hygiéniques (alimentation et activité adaptées), d’autres ont vraiment besoin de cures antalgiques plus ou moins longues (toujours sur avis et prescription vétérinaire). Lorsque ces cures sont nécessaires, une chirurgie doit alors être envisagée. 

 
 

Etre dysplasique n’est pas une « catastrophe » ou une « fatalité ». Il faut se garder de faire des raccourcis du genre : un chien dysplasique est promis à une vie misérable ou à une incapacité à se déplacer… 

Si la dysplasie de hanche est bien suivie et que les bonnes décisions sont prises au fur et à mesure de l’évolution, un chien dysplasique peut vivre une vie entière, de BONNE qualité. Une dysplasie convenablement prise en charge n’est pas susceptible de devenir une cause d’euthanasie. 

 

Elle n’est d’ailleurs pas à incriminer dans beaucoup de boiteries de membre postérieur chez le chien, qui peuvent plutôt être expliquée par des ruptures de ligaments croisés du genou. 

 

 

La dysplasie de la hanche est un développement anormal de l’articulation coxofemorale qui conduit à une instabilité de l'articulation et au développement rapide d'une arthrose souvent très invalidante (le chien ne naît pas avec sa dysplasie). 

Elle peut avoir différentes origines et bien que ce soit une maladie avec un facteur héréditaire important, elle est souvent dûe à des causes environnementales, nutritionnelles ou comportementales.  

 
 

Pour éviter son apparition, il est impératif de surveiller l’environnement du chiot et du jeune chien (éviter les sols glissants, les escaliers, sauts mal réceptionnés, la pratique de sport tels que l’Agility...).  

 
 

Il est également recommandé de donner à son chiot une alimentation équilibrée et d’excellente qualité afin d'éviter toute carence préjudiciable à une bonne croissance. 

crédit photo : internet 

La Dysplasie de la hanche