Les 

KAHISARS 

               +/+ homozygote (chien indemne)  

               +/-  ou -/+ hétérozygote (chien                            porteur sain) 

               -/-   homozygote muté. 

Par mesure de précaution, beaucoup de vétérinaires pratiquent aujourd’hui le risque ZERO, agissant avec certaines races (dont le colley) comme si le chien était homozygote muté. En effet, il apparaitrait que certains chiens, pourtant homozygotes (donc non mutés), auraient présenté des troubles similaires, bien que moindre, lors de l'administration de molécules à risque. 

De ce fait, et après discussion avec notre vétérinaire, nous vous conseillons vivement d'agir comme si votre chien était homozygote muté et de ne pas lui donner de molécules potentiellement dangereuses pour lui. 

 







 

Signes cliniques en cas d’ingestion apparaissant le plus souvent dans les 48 heures :  

- Trouble du système nerveux central 

- Trouble locomoteurs (paralysie) 

- Dépression du système nerveux central (coma) 

- Stimulation neuromusculaire (tremblements) 

- Troubles digestifs (vomissement, anorexie…) 

- Troubles oculaires 

 
 

Cette situation est toujours grave avec un risque de mortalité élevé. Il est conseillé de consulter rapidement. 

 
 

L'anesthésie : beaucoup de cabinets vétérinaires  sont aujourd'hui équipés du matériel nécessaire pour pratiquer des anesthésies gazeuses qui restent la seule méthode à ne pas présenter de risques pour nos chiens. Nous ne saurions que trop vous conseiller de demander à votre praticien s'il est équipé ou non...  

 
 

Les principales molécules incriminées : 

- L'avermictine, Ivermectine ou molécules proches telles que Doramectine, Abamecctine, Moxidectine, Milbemycine 

- Lopéramides (immodium) 

- Emodepside (Profender) 

 
 

Une liste complète des médicaments autorisés et interdits se trouve sur le site www.collie-online.com 

Le gêne MDR1 (Multi Drug Résistance) est responsable dans l’organisme de la synthèse d’une protéine appelée Glycoprotéine P. 

Cette protéine assure le transport dans l’organisme de nombreuses molécules parmi lesquelles on trouve de nombreux médicaments (antiparasitaire, agents anti-tumoraux…) 

 
 

Une mutation de ce gêne chez certains chiens est responsable d’un déficit en glycoprotéine P. Absente ou anormale, la protéine n’est alors pas en mesure d’assurer son rôle. S’ensuit alors un mauvais métabolisme des molécules impliquées et l’apparition des signes de toxicité. 

 
 

Les individus homozygotes mutés (-/-) ou hétérozygotes (+/-) sont ceux concernés. Il existe depuis plusieurs années un test génétique permettant de définir de façon formelle si le chien est ou non atteint.  

 
 

Toutefois, s’agissant d’une maladie génétique, il est possible de savoir en fonction des parents si les chiots d’une même portée seront ou non porteurs. 

Les maladies du colley : MDR1